Veste Vintage La Coupe d’Or

Les vieux magazines de La Coupe d’Or regorgent de patrons qui me font de l’œil, et cette veste est une pure merveille.

En feuilletant de vieux fascicules de La Coupe d’Or, j’ai trouve cette veste que je trouve magnifique !

Ne me demandez pas pourquoi, je ne sais pas ! Mais elle est à tomber par terre.

Bien évidemment, j’ai donc tenter de la réaliser.

Comme chacun le sait, la méthode de La Coupe d’Or est une méthode de patronage, sans explications pour la couture des modèles.

Un tee-shirt, un pull, une robe droite, ça peu aller.

Mais une veste, avec manifestement des poches passepoilées, un col sublime… le tout devient un peu coton pour une éternelle débutante comme moi.

J’ai peu cousu cet été (d’ailleurs, j’ai peu fait quoi que ce soit cet été sauf muzarder) mais pas mal fait de patrons de couture de LCO.

Surtout des vestes.

Pour n’en faire qu’une seule, terminée en… Octobre 🤔🤔Mais doublée tout de même… 🤣

Et encore, elle est à refaire car j’ai tellement ramé à la réaliser qu’elle n’est qu’une simple toile.

Les difficultés

Outre l’absence d’explications, la photo en ma possession est assez mauvaise. Et entre ma vue défaillante et le peu de détail de la photo, j’ai compris qu’il y avait une poche sur chaque devant… mais je n’ai pas compris qu’elle est passepoilée (ce qui explique mes difficultés dans la coupe du patron et la réalisation).

Et qu’il y avait même une seconde poche plus haut (fausse poche vraisemblablement.

Mon mercier préféré a pourtant tenté de m’expliquer la démarche… mais sur la seule base de mon patron, mal réalisé.

Et la réalisation de la doublure a également été sportive entre le tissu fuyant, les modifications successives du patron de base, les petits bouts enlevés par çi par là sur la veste pour que ça aille…

Bref, une doublure mal coupée.

Mes erreurs

La première est bien évidemment de ne pas avoir su étudier le patron mais bon… ça viendra.

La seconde, de ne pas avoir bien vu tous les détails sur la photo mais bon… je n’ai pas de lunettes spéciales LCO !

La troisième, d’avoir voulu coudre une doublure sans prendre le temps de la patronner correctement.

Pour me retrouver, au final, avec la nécessité de rajouter quelques centimètres manquants à un endroit ou un autre et de la raccourcir pour l’ourlet.

Mais, en feuilletant par ci par là, je crois avoir compris tous mes problèmes.

Cette veste sera à refaire.

Les tissus

Il s’agit de coupons achetés en mai sur Driessenstoffen à des prix défiants toute concurrence :

  • une viscose à 1,32€ le mètre (oui, oui, du coup, je me suis lâchée sur ce tissu : 6 mètre)
  • un lin-viscose à 1,98€ le mètre

Avec la viscose, j’avais déjà réalisé une robe Charlotte Auzou et j’ai décidé de me servir de ce coupon pour réaliser la doublure.

Le tissu principal, brique, allant parfaitement avec les teintes de la viscose.

Et un vieux coupon de coton pour tester la réalisation du col.

La réalisation

L’avantage de cette veste est qu’il s’agit d’une coupe droite, permettant à l’estomac d’y loger sans modifier le patron.

Toutefois, il a fallu reprendre la parmenture devant qui ne correspondait pas en se contentant de prendre les mesures de LCO. J’ai donc plié mon papier le long de la ligne devant pour dessiner la parmenture par transparence.

Solution la plus simple, s’agissant d’une parmenture rabattue et non cousue.

Et le col est tombé parfaitement sur la toile du premier coup.

Mais tout a « merdouillé » avec les poches car je n’ai strictement pas compris ce qu’il fallait faire. D’autant que sur la photo, je n’avais pas vu qu’il y avait des passepoils.

Ayant lu que la ligne droite A sur le devant et AC/K sur le côté devant était SANS marge de couture (ça s’appelle une marianne), je me demandais bien comment coudre mon fond de poche !

Et j’ai rajouté des marges de couture…

Mais personne ne m’a dit qu’il y avait des passepoils et la photo qui me servait de point de départ ne montrait pas ces passepoils ! Sacrée imprimante…

Du coup, la doublure ne tombait plus juste, des raccords ont dû être faits… Bref, un grand désert !

Le résultat

Bon, de loin, elle n’est pas mal du tout. Du moins, correspond à ce que pensais.

La poche fait bien riquiqui : la hauteur du passepoil manque.

Et ma fatigue a fait que mon surjet a « brouté » ma couture et qu’on l’aperçoit un peu.

Quant à l’intérieur, il ne faut pas qu’une bonne couturière y jette un œil sous peine de faire un infarctus.

Mais elle fait son effet et je la porterai.

Place aux images

Et mes boutons, ne sont-ils pas top ?

Ce sont de vieux boutons récupérés sur un vieux vêtement de Maman. A croire qu’ils m’attendaient.

Cette veste, avec tous ses défauts, me plaît.

Et je vais la refaire, dans les règles de l’art !

Image par défaut
Nini
Tombée dans la marmite "couture" sur le tard, je n'arrive pas à m'en ressortir. C'est devenu une véritable passion
Publications: 48

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.