Un manteau Magnésium d’Ivanne S

Mon premier manteau magnésium

Enfin, j’ai réussi à réaliser un manteau. Bien qu’ayant choisi un patron simplissime, la réalisation de ce manteau a été particulièrement complexe.

Le patron : patron Magnésium d’Ivanne S – https://www.ivanne-s.fr/produit/manteau-veste-magnesium-femme/ – J’ai choisi la version A Médium avec option col, pattes de manches et petite martingale et poches dans la couture.

Le tissu : un velours à carreaux rouille avec envers minkee de Les Tissus du Chien Vert – Référence: Tante Ema / 27945 à 12€ le m. J’avais reçu en échantillon et j’ai craqué tellement son coloris m’a plu et sa douceur ravie. J’avais commandé 3m20 mais il m’en reste 40 bon cm (précision faite que j’ai commis des erreurs dans les décomptes et qu’une longueur de 2m50 aurait suffi).

Les accessoires : du biais (fait maison), des bouton-pression, et énormément de patience.

Les difficultés : le patron est simple et, comme toujours avec Ivanne S., les explications sont claires, nettes et précises, extrêmement détaillées.
La difficulté principale a été le tissu : il est relativement épais, du velours d’un côté et du minkee de l’autre, ça ne glisse pas au mieux, le rajout d’un biais à chaque couture rajoutant de l’épaisseur. Ainsi, je n’ai pas pu surpiquer la parmenture entièrement : j’ai été obligé de faire des arrêts au niveau de chaque épaule car 4 épaisseurs de tissu outre 2 coutures déjà gansées n’ont pas permis le passage de l’aiguille (2 aiguilles cassées).
Le choix de l’aiguille a été délicat : après avoir commencé avec une universelle de 90 (je n’avais pas de 100), j’ai fait des recherches sur Google et plusieurs articles préconisaient une aiguille microtext en 90. C’était mieux mais toujours pas simple.
Et bien évidemment, le motif du tissu : penser à faire des raccords, encore et encore… avant de couper !
Enfin, l’ourlet a été fait à la main car la piqure, même en allongeant à 3,5 le point et en réduisant la tension, ce n’était pas joli. Dure épreuve : je ne sens pas le fil, je sens l’aiguille quand elle m’a piquée, j’ai beaucoup de mal à l’enfiler… Bref, une partie très déplaisante (mais là, j’ai réussi à ne pas tacher le tissu lorsque l’aiguille m’est rentrée dans le pouce).

Finitions gansées des coutures intérieures et bouton-pression posées par mon mercier local (l’Art Créatif) car impossible de faire une boutonnière (et coudre deux épaisseurs pour poser les boutons, noooon). Pourquoi avoir recours à mon mercier ? Parce qu’Amazon ou AlieExpress, ce n’est pas cher mais ce n’est pas top pour des épaisseurs comme j’avais !

Au final, je ne suis pas mécontente.
Le travail est vraiment correct et propre (des améliorations sont toujours possibles mais c’était mon premier gros « chantier » tant dans les motifs que le tissu ou la destination.

Et place aux photos.

Image par défaut
Nini
Tombée dans la marmite "couture" sur le tard, je n'arrive pas à m'en ressortir. C'est devenu une véritable passion
Publications: 48

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.