Quand vacances de Pâques rime avec couture plaisir

J’ai un peu délaissé ce blog…

Rien de publié depuis janvier ! Alors que j’ai cousu. Mais j’oublie de prendre les photos ce qui est un peu gênant pour le blog.

Et j’ai beaucoup cousu.

De grosses pièces (manteau Pam), des pièces assez techniques pour moi (chemises Charlotte Auzou), des adaptations de patrons du commerce à mes dimensions, du patronage pur (euh… là, ce n’est pas encore gagné). Bref, tout mon temps libre occupé à la Couture au sens général, mais plus pointue que ce que je faisais auparavant.

Et du coup, un certain ras-le-bol : j’ai eu envie de coudre des choses basiques, qui me faisaient défaut dans ma garde-robe.

J’ai profité de mes vacances pour me coudre deux jupes rapides à la surjeteuse, en jersey de viscose, une jupe en forme en crêpe de viscose noire, trois tee-shirts Scarole d’Ancea Paris, une jupe pour Maman, et une blouse Almas d’Urban Fairy.

Les jupes

Je n’aime pas trop les jupes, surtout si elles sont dans une matière qui a de la tenue : je m’assois et la jupe me remonte sous la poitrine ! Les seules qui restent à peu près à leur place sont celles faites en jersey ou un tissu souple, avec une taille élastiquée.
Et comme les fronces ne me vont pas, je ne peux pas me contenter d’une jupe taille froncée élastiquée. J’ai donc réalisé un gabarit de base : quart de cercle, monté sur un empiècement sur lequel je couds un élastique (souvent de la laminette). Comme ça, elles restent en place quand je m’assois.
Toutefois, j’ai également voulu me faire une petite jupe noire classique, légèrement évasée.

Les tee-shirts

Je n’avais JAMAIS réussi à me faire un tee-shirt relativement basique : tous mes essais se sont soldés par des échecs.
Seuls, des tee-shirts plus élaborés ont fonctionné : le Plantain de Deer & Doe (que je n’aime pas) et le Jasmin de  Cosy Little Word (que j’adore). Mais un simple tee-shirt basique, non.
Et Ancéa Paris a eu l’idée géniale de mettre à disposition gratuitement le tee-shirt Scarole qui est devenu payant.
Sachant que je ne supporte pas les encolures serrées, j’ai un peu agrandi celle de ce modèle et zou, 2 tee-shirt à la suite, puis un troisième pour Maman (mais sans les roulottés).
Hyper rapide à découper et à réaliser et le roulotté donne un style sympathique. J’en suis ravie.
En plus, je me suis appliquée pour la jonction des coutures 🙂

L’ensemble pour Maman

En vue de son anniversaire, j’ai pensé à faire une jupe et un tee-shirt pour Maman.
J’ai donc fait un tee-shirt Scarole mais sans roulotté (encolure et ourlets classiques) et une jupe dans un tissu rouge que je m’étais choisi, légèrement élastique avec de la tenue. Je voulais faire une jupe Kim de Maison Fauve mais je ne l’aurais pas portée car, avec cette matière, elle ne serait pas restée à la taille quand je m’assieds. Une belle jupe dans un joli tissu qui soit inconfortable aurait été assez désolant !
J’ai donc repris le premier patron sur mesure dans le cadre d’un cours auprès de mon mercier préféré (L’Art Créatif) fait pour ma mère à mes débuts.
Et bien évidemment, en dépit de plusieurs tentatives, l’incrustation de la partie basse du devant était loupée. Au risque de détériorer le tissu de façon irrémédiable, j’ai donc laissé cette incrustation peu réussie. Mais je l’ai dissimulé… en faisant une piqure nervure de la taille à cette incrustation. Et pour avoir l’impression que c’est voulu dès le départ, j’ai également réalisé des piqures nerveuses sur la ceinture de la jupe entre les deux pinces devant. Le résultat me satisfait pleinement.
Et ce jour-là également, à défaut de réussir une incrustation, mes raccords de couture sont nickels 😉

Au final, un ensemble plutôt réussi et qui a énormément plu à ma Maman 🙂

Le top Almas d’Urban Fairy

Dans le cadre de mes formations sur Internet, j’ai quelques (enfin beaucoup) cours avec Elsa Couture, payants et de qualité auxquels je me réfère régulièrement… j’ai une grosse tendance à oublier très vite les choses dès que je n’en ai plus besoin tout en sachant que je connais la technique !
Dans le cadre de la formation « La boite à outils de la couture« , un patron est fourni. Il s’agit du top Almas, petite blouse avec des manches volantées.
Bien évidemment, en faisant mon cours, je m’étais réalisé cette blouse dans une vieille housse de couette, tout à fait portable bien qu’un peu juste, mais que je ne porte jamais.
J’ai donc décidé de reprendre cette formation en adaptant le patron originel de façon que je sois plus à l’aise, et en prenant un tissu un peu plus complexe à coudre qu’un coton.
J’ai donc pris un voile rose avec un voile de coton pour la doublure, en montant ce patron comme s’il s’agissait d’un seul tissu, et avec des coutures anglaises.
He ben, ça n’a pas été simple : le voile de coton se déforme alors que mon tissu principal ne bouge absolument pas.
Je me suis bien évidemment piqué le doigt en cousant, sans m’en apercevoir et le tissu a été tâché (tâche récupérée heureusement).
Et comme le roulotté avait bien fonctionné sur le jersey, j’ai décidé de faire de même sur du chaine et trame pour l’ourlet des volants.
Bien ça a fonctionné.

Un seul regret : la parmenture se voit beaucoup trop à mon goût.
J’aurai pu m’en dispenser et coudre la doublure à part mais la transparence du tissu aurait laissé voir toutes les coutures.
J’ai donc choisi le moindre mal.

Au final, des vacances plutôt constructives au plan couture : pas mal de projets rapides, la prise en main plutôt réussi des roulottés à la surjeteuse quel que soit le tissu, enfin des tee-shirts corrects et une Maman ravie de sa tenue.

Image par défaut
Nini
Tombée dans la marmite "couture" sur le tard, je n'arrive pas à m'en ressortir. C'est devenu une véritable passion
Publications: 48

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.